Être chef d’entreprise en 2016

Être chef d'entreprise en 2016

Depuis 18 ans déjà, je suis patron d’une petite PME de 40 collaborateurs. Une position qui m’oblige à être vigilant sur la pérennité de l’entreprise.

Je dois faire en sorte que l’entreprise existe toujours demain. Un objectif qui paraît au premier abord simple, mais qui nécessite pourtant d’avoir une vision évolutive, tant sur l’instant présent que sur le futur.

Par exemple, si aujourd’hui je suis tourné à 80 % vers le présent et 20 % vers le futur, c’était l’exact opposé en 2008 au lancement de notre spa, qui représentait de grands enjeux pour l’entreprise.

Je vous propose aujourd’hui de découvrir quelles sont, pour moi, les qualités qu’un chef d’entreprise se doit d’avoir s’il veut développer dans le temps son entreprise.

Être visionnaire et réactif

Aujourd’hui, la seule chose permanente est le changement. Tout évolue vite et l’on doit rester en alerte pour ne pas rater le virage. C’est pourquoi je travaille autour de 4 axes :

  • La prestation offerte aux clients. Les goûts, les envies et les attentes des clients sont en changement continuel, et sont différents de ceux des clients rencontrés dans le passé. Il faut toujours garder un œil sur le futur afin de proposer aux clients des prestations de qualité correspondants à leurs demandes, et garder en quelque sorte un coup d’avance.
  • La dynamique commerciale. Les choses ont changé en 25 ans. Nous ne sommes plus dans l’attente du client derrière notre comptoir. Aujourd’hui, il faut aller chercher le client et le convaincre de choisir notre établissement plutôt que celui d’un concurrent.
  • La gestion. Si on ne développe pas l’activité, on ne développera pas la rentabilité de notre entreprise. Pour qu’une entreprise continue d’exister, elle doit pouvoir investir, avancer et donc faire du résultat.
  • Manager et orchestrer. Travailler ensemble c’est réaliser, produire, satisfaire le client et bien évidemment réaliser du chiffre d’affaire en étant rentable. Mais c’est aussi le vivre ensemble, l’échange, le partage.

 Nous sommes tous co-producteurs et co-responsables du développement de l’entreprise.

Savoir prendre les choses en main

Qualité d'un chef d'entreprise en 2016

Je dis souvent que je suis chef d’orchestre, jardinier et guerrier. Ces fonctions peuvent faire sourire mais elles résument bien la manière dont je gère mon entreprise.

Chef d’orchestre

Un chef d’orchestre doit être capable d’animer des musiciens de talent, aux instruments différents, dans le but d’obtenir une belle harmonie.

Ici, c’est la même chose. Je dois animer des forces vives pour leur donner la motivation de faire grandir l’entreprise, ensemble.

Jardinier

Une entreprise est comme une fleur. Sans entretien et sans attention, elle mourra. Une entreprise a besoin d’attention chaque jour pour s’épanouir.

Guerrier

Nous sommes dans un monde économique dans lequel on ne peut s’endormir. Rien que sur Nantes, on dénombre aujourd’hui 9 000 chambres d’hôtel et près de 2 000 locations Air Bnb.

On ne doit pas s’arrêter de penser à demain et surtout ne jamais penser que l’on a fait tout ce qu’il y avait à faire.

On doit gérer le présent pour donner satisfaction aux clients tout en continuant à réfléchir au futur et à comment on peut faire plus et mieux.

Être à l’écoute de son équipe

Travail d'équipe

Un chef d’entreprise doit jouer 2 rôles importants auprès de ses équipes :

  • les manager pour leur insuffler de la motivation,
  • les écouter pour déterminer si l’entreprise leur donne suffisamment les moyens de réussir.

Un chef d’entreprise doit être capable de porter ses équipes et de les guider.

J’ai pris conscience qu’on ne peut pas réussir seul. Il faut savoir s’entourer des bonnes personnes pour se constituer une équipe solide :

  • tant en interne avec ses propres collaborateurs,
  • qu’en externe avec ses partenaires (agence web, attaché de presse, expert comptable, etc.).

Un patron de PME doit réussir à motiver ses équipes pour qu’elles aient envie de faire grandir l’entreprise. Un travail individuel au service du collectif. Il faut être à l’écoute, se rendre disponible et donner des signes de reconnaissances à ses collaborateurs.

Prenons l’exemple des contrats de travail. Tous mes collaborateurs sont en CDI. J’estime que les CDD sont un frein à la motivation des salariés puisqu’ils doivent évoluer dans l’entreprise avec une sorte d’épée de Damoclès au-dessus d’eux. Cela peut les freiner dans leurs initiatives et leurs forces de proposition.

Il faut travailler ensemble sur la vision de l’entreprise, ses objectifs, ses missions et ses valeurs. Jusqu’où est-on prêt à aller pour réussir ?

À l’époque où j’étais DRH chez Envergure / Campanile, je distribuais aux futurs directeurs un texte du Père Monnier.

Si l’on met de côté le caractère religieux de ce texte, je trouve qu’il résume parfaitement ce que doit être un patron de PME pour ses collaborateurs. Il s’agit pour moi d’un guide et d’un modèle de comportement à avoir.

Ne dis pas trop faible, lance-toi en avant…
Ne dis pas trop vieux, donne ta dernière force.
Ne dis pas « mais j’en mourrais », et bien même en te donnant tu vivras
Si le fardeau est trop lourd, pense aux autres.
Si tu ralentis, ils s’arrêtent…
Si tu t’assois, ils se couchent…
Si tu faiblis, ils flanchent…
Si tu doutes, ils désespèrent…
Si tu hésites, ils reculent…
Mais si tu marches, ils courront.
Si tu donnes la main, ils t’aideront, te soutiendront.
Si tu les prends en charge, ils t’aimeront.
N’hésitez-pas, avancez dans la vie.
Ne vous agitez pas, et ne dites jamais « non » !
Faites comme moi, je ne dis pas « oui »
Je n’en suis pas capable.
Mais je ne dis pas « non »
Je regarde et j’emboîte le pas…

Être à l’écoute de soi

Un chef d'entreprise doit se remettre en question

En tant que chef d’entreprise, mes semaines sont relativement chargées. Il m’arrive parfois de travailler entre 60 h et 80 h. Un rythme qui n’est pas sans conséquence sur la forme physique ou morale.

Avec le temps, j’ai appris que si l’on veut donner le meilleur de soi-même, on doit être à l’écoute de son corps et savoir s’arrêter. Si l’on n’est pas en forme, cela se ressentira immédiatement dans l’entreprise.

Il faut savoir rester ouvert sur l’extérieur. Je fais partie de l’APM à Nantes (l’Association Progrès du Management), un groupement d’entrepreneurs. Ces réunions me permettent de sortir de l’entreprise et de prendre le recul nécessaire et ainsi revenir plus fort dans l’entreprise.

Contrairement à des grands groupes où les patrons sont rarement en contact direct avec leurs salariés, dans une PME, le chef d’entreprise côtoie chaque jour chacun de ses collaborateurs.

Si je ne suis pas bien moralement ou physiquement, cela sera automatiquement ressenti par mes collaborateurs, ce qui pourrait nuire au bon fonctionnement de l’entreprise.

C’est pourquoi je prends désormais 1 semaine de vacances tous les 3 mois environ, afin de prendre du temps pour moi, me reposer et revenir en forme.

Un chef d’entreprise doit être bien dans sa tête, bien dans son cœur et bien dans son corps.

Saisir les opportunités

Un chef d'entreprise doit savoir saisir les opportunités

À mon sens, la dernière qualité qu’un chef d’entreprise en PME doit posséder, c’est l’envie d’aller toujours plus loin.

J’ai choisi ce métier car chaque journée est différente. Mes semaines se suivent mais ne se ressemblent pas.

Bien sur, certains éléments sont parfois récurrents comme la mise en place d’actions commerciales ou communicantes, mais dans l’ensemble, c’est un métier qui permet d’évoluer.

C’est pourquoi, il faut être capable de saisir les opportunités qui s’offrent à vous. La vie c’est aussi accueillir ce qui vient.

Par exemple, j’ai accepté il y a quelques jours de recevoir 20 étudiants de l’ISEFAC pour qu’ils travaillent sur la stratégie des 40 ans de l’hôtel. Ils viendront le 18 avril à l’établissement puis nous présenteront 2 semaines plus tard leurs projets pour faire vivre les 40 ans de Quintessia.

Ce n’était pas prévu, mais c’est une opportunité intéressante pour notre établissement et également pour ces étudiants.